Itinéraire d’une descente aux enfers

Analyse d’une descente aux enfers, résumé non exhaustif, synthèse froide d’une vie de débauches et d’une autodestruction programmée.

Prenez une gamine de 18 mois, laisser là seule, livrée à elle même au main d’une machine administrative qui n’a pas le temps.

Enfermée là dans un foyer qui ressemble plus au centre de Sangatt qu’à l’orphelinat de Candy. Vous verrez rapidement, au bout de quelques années les loups tourner autours.

Parce que dans ce monde là, bien cachés des enfants deviennent des monstres, par manque d’amour, par la violence infligée, parce que ces enfants ne sont au yeux de la bonne société qu’une ombre, une gangraine qu’il faut cacher, qu’il faut oublier.

Les loups finissent toujours par arreter de tourner et se jettent inéxorablement sur leur proie. La gamine a une dizaine d’années, mais elle n’est plus une enfant, ce n’est plus qu’une proie.

Elle devient animal, elle se forge un rempart dans sa tête, veut par tout les moyens s’échapper, ne plus pleurer face aux loups, ne pas leur donner se plaisir, ils aimaient tellement lui faire mal.

Le rempart ne suffit plus, la douleur est omniprésente, elle cherche un moyen, un moyen de continuer à vivre sans avoir mal, et elle le trouve enfin.

Un havre de paix, une trève dans sa vie, le salut vient de la seringue, produit magique ailleurs immédiat. Le caillou devient sa mailleure amie, sa meilleure alliée, les loups peuvent s’acharner, elle n’est plus là.

Sa meilleure amie est exigeante, atteindre un autre monde, un ailleurs, à un prix, et ce prix est cher…

C’est le prix de son corps, les loups lui prennent, elle décide de reprendre le dessus, elle va le vendre ce corps, elle va décider. Son corps qu’elle a finit par detester va enfin lui permette de continuer à vivre son ailleurs…

La descente aux enfers est commencée elle est rapide, elle s’accelère, quand elle va un peu trop vite, elle se calme, fait une pause, mais elle recommence toujours.

La gamine est adulte, la pente se fait moins raide moins rapide, et parfois elle se demande si elle ne s’est pas trompée?…

3 Réponses to “Itinéraire d’une descente aux enfers”

  1. Quand bien même vous vous seriez trompée, vous êtes déjà sur la pente descendante de votre vie…
    Mais je peux vous dire à la lecture de vos mots que vous êtes sans aucun doute sur la pente ascendante de votre libération.
    Écrivez, disséquez, rabâchez, digérez et vomissez encore…
    Vous y arriverez assurément.

  2. on est tous prisonniers, c pourquoi mieux vaut liberer son esprit et rester lucide : c atroce, la douleur mais elle revient toujours plus forte, quand on la fuis : etre anesthésié, c survivre, ça n’aide pas à se liberer;
    et puis on est seul, dans la tombe :on n’est donc responsable que de sa propre vie;
    ne faites pas comme guillaume, je vous en prie,
    vous n’etes pas responsable des viols et violences que vous avez subie, pas plus que du suicide d’un homme, meme s’il vous aimait et a décidé de se tuer pour vous faire un éléctrochoc, c SA décision, pas LA VOTRE .
    g enfin compris que c les violeurs d’enfants, les tordus qui bandent sur un corps inerte et sans défense, qui sont seuls coupables; ils ont voulu vous posseder, les salopes, c’est eux, pas vous !
    reprendre le controle, sur le passé : ce n’est pas possible, a part en attaquant l’Etat et l’administration pour les viols subis pendant qu’il était responsable de vous ;
    mais, depuis le temps que je vous lis, que je suis avec coeur vos progrès (il n’y a pas de redemption sans chute) je vois une porte entrouverte et je la pousse avec un peu de force (trop peut etre)
    vous m’excuserez si je suis trop intrusive ou si je m’illusionne !
    merci pour ce blog qui m’aide à lutter, contre mes fantomes, qui m’aide à vouloir exister pour pas qu’ils gagnent,
    non ils ne gagneront pas !!!

    • toxgirl Says:

      @Galle: Merci de tout coeur pour ce commentaire, en vous lisant je me dit que mes écrits servent à quelques choses au delà d emon soulagement à m’exprimer. Je vous invite à me joindre par mail, si vous le désirez, pour arler de vous, de vos fntômes, écrire, exprimer c’est déjà leur donner moins de force…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :