Soirée banale…

Balade en ville, ballade à Paname, de nuit, observer autour de soi, voir les amoureux, se dire que ça c’est pas pour vous, continuer, avancer, sans vraiment savoir où. Se retrouver dans des quartiers connus, se rappeler quelques souvenirs.

Tomber sur un pub irlandais, entrer, sentir l’ambiance, boire une Guiness, boire à la santé, à la vie, à une Irlande libre et en paix, boire pour une fois à l’avenir, même si on n’y croit plus. Puis ressortir et continuer d’avancer.

Se retrouver en bord de seine, s’assoir sur le quai et regarder le reflets des lampadaires ondulés sur l’eau. Voir une péniche passée, un chien qui me regarde.

S’allonger sur les pavés humides, fermer les yeux, refaire le chemin à l’envers, remonter le temps. trier les bons souvenirs uniquement les bons, ne pas se rappeler des douleurs. Revoir mes grandes années, défoncée, reine de la nuit, relations de fric, relation de fêtes, relations de dope. Revoir le regard bienveillant de Mika, se souvenir de Bloody, de Damien.

Se rappeler de Belfast, de Dublin, de Berlin, les gens, les couleurs, les odeurs. Envie d’y être, envie d’y retourner.

Rouvrir les yeux, revenir au présent, se sentir vide, pas de regrets, ne surtout rien regretter de tout ça, vivre au présent, regarder autour de soi et voir que malgré tout, malgré tous, je suis seule.

Ouvrir mon sac, prendre un cacheton, attendre qu’il fasse effet et repartir.

S’arreter une nouvelle fois au pub, appeler Boom, le faire venir. Finir sa bière, et aller danser, regarder autour se rendre compte qu’à 2 h du matin les femmes se font rares, les hommes sont allumés, regard de chasseresse, toujours à l’affut, regards croisés, proie ferrée, il se rapproche, nos corps se touchent , ses mains osent. 

Une main me prend le bras, douleur vive, je me retourne il est arrivé, colère dans ses yeux, je lui souris façon défi.

Sa main frappe ma joue, je n’ai pas le temps de réagir qu’il m’empoigne pour m’embrasser, le laisser faire, oublier ma joue se laisser porter par la douceur de ses lèvres, entendre un pardon au creux de l’oreille.

Et partir pour plus d’intimité, partir pour mieux se retrouver….

12 Réponses to “Soirée banale…”

  1. Très belle plume…

  2. Bibichette Says:

    Rien à faire, mais la baffe gâche tout! La provoq qui va avec aussi!

    Même si j’ai apprécié le début, le retour à une relation comme celle-là me déplait. Sorry!
    C’est comme si Eric était revenu. Alors, fais attention à toi! Merde quoi!

    • toxgirl Says:

      @Bibi: A non c’est très différent, Eric aurait préféré crevé que de s’excuser de m’avoir frappée. Et puis comme tu le dit je suis dans la provoq’, j’ai beau avoir 34 balais, je suis une vraie gamine, faut que je test les limites….

  3. Assez d’accord avec Bibichette : la baffe j’aime pas.:-(

  4. Navré de faire partie des 95% de cette petite assemblée:
    La gifle est de trop.
    Te secouer comme un prunier, à la limite…

  5. Bof une bonne taloche ça remet les idées en place… j’hésite toujours entre ça, la fessée et le coup de pied au cul.
    Mais au moins tu comprends pourquoi à 2 du mat je ne traîne plus dans les rues. Me faire ramasser par une croqueuse de santé en chasse pas question. Surtout depuis que je sais que les capotes propagent le sida.
    Bises.

  6. kenyan75 Says:

    toujours une ecriture qui prend aux tripes!!!!

    sur le fond, p..la baffe, merde!

  7. JP: toi aussi tu as été « ravi » d’entendre pareille connerie??

  8. Lemétis Says:

    Je rejoins le choeur des vierges. C’est con mais il y ades frontières que je pense qu’il ne faut pas laisser franchir. Une baffe dans la gueule c’est pas possible Miss.
    C’est pas être bien pensant, c’est juste que c’est nécessairement le début d’autre chose.
    Le mec qui s’excuse ca l’empeche pas de recogner, on le sait bien tous les deux…
    Et puis il y a le parallèle Eric…
    Cela etant c’est pas ca qui t’arrêtera non?🙂
    Alors profite. C’était bien romantique cette petite balade en solitaire, ca ma rappelé mes années parisiennes (plus sages que les tiennes!) quand je marchais des heures dans la nuit envoutante.
    On est loin des amours de loin

  9. Une baffe dans la gueule c’est banal….Mouaif permet moi de douter! Boom m’a tout l’air d’être le genre de mec que je déteste: il dérouille sa meuf et s’excuse…Et un jour il l’a bute « sans faire exprès »..

    Désolé j’adhère pas!

  10. Lemétis Says:

    Je fais corps avec le Kaos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :