Une soirée rare

Hier soir j’ai passé une soirée rare, une soirée retrouvaille avec des vieux amis. Certains manquaient, mais ils étaient la quand même d’une certaine manière.

Avant d’arriver je m’étais fait un shoot, histoire de tenir, histoire de ne pas trop ressentir les choses. Les sentiments on sur moi une emprise telle!!! Je ne voulais pas eclater en sanglot, je voulais être Tox, la dure, la forte comme il y  a 15 ans.

Bien sûr mes kilos en trop m’ont été reproché par certains, d’autres au contraire on apprécié ses formes insolite pour ceux qui m’ont connu avec presque 25 kilos de moins!!! Je pesais à l’époque 45 kilos.

Surtout un. Dès qu’il m’a vu, il s’est jeté sur moi, je l’ai viré comme par habitude, Dam. Et puis il est revenu à la charge, comme d’habitude, et puis comme d’habitude j’ai cédé, surement, un peut trop d’émotion, trop de vodka trop de caillou….

Ses caresses étaient douces, ses baisers brulant. J’étais il y a 15 ans.

 Et puis il y avait aussi Lui, lui que je nommerai pas parce que son passage à Paname devait être discret. Lui qui était si gai avant, qui avait les yeux brillant du bonheur de faire ce pourquoi il était fait donner de l’espoir du boheur au gens. Hier ces yeux étaient éteint les dernières épreuves endurées ont eu raison de lui, de sa lueur dans les yeux.

Encore un que la vie n’aura pas épargner.

Mais une soirée finalement joyeuse, pleine de sensations de souvenirs.

Et puis la fin, les adieux encore, les calins, les baisers. Je crois que j’ai roulé une pelle à tout les mecs de la soirée. C’est ce qu’ils attendaient de moi, ce que je faisais tout le temps, ma marque de fabrique en quelques sortes. Une manie que la plupart de leur femme n’ont pas apprécier.

Mais n’ayez pas peur mesdames et mesdemoiselle, je ne suis un danger pour personne. Ces baisers sont de la pure amitié…

Et puis il y a eu l’après. Une ballade dans la nuit, les bras de Dam autour de moi. Nos pieds qui nous emmène sur les quais, un petit recoin dans l’ombre d’un pont.

Des mains balladeuses, une envie de se faire prendre là maintenant. Mon envie l’a surpris, à l’époque j’étais plus réticente. Je pris goulument son sexe dans ma bouche, il était bon, il était chaud.

Il devint dur. Je mouillais mon string, je le voulais en moi, profondément violemment. Il me demanda d’attendre je méritait mieux que l’ombre du pont.

Alors une chambre d’hôtel, dans l’ascenseur ma main dans son slip, je n’y tenais plus. Le bouton d’arret était trop visible…

Alors il me penetra doucement dans cette petite cabine, je l’encourageait à être plus violent moins doux, j’avais besoin de le sentir en moi, de le sentir me prendre, je voulai ressentir cette douce douleur.

Il me refusa momentanément ce plaisir. L’ascenseur reparti.

Dans la chambre, on recommença tout depuis le début. Moi son sexe dans ma bouche, lui un cunni de rêve et enfin, il me pris violemment.

La douleur, me rappela combien j’était vivante encore, il me penetrait profondément avec force. J’étais au bord de l’orgasme mais comme d’habitude il n’arriva pas.

Qu’importe j’étais là vivante.

Puis une ligne, une vodka, un sommeil de deux heure et je quittais la chambre pour aller bosser.

Je ne laissais pas de numéro, je le laissais dormir. On se reverra peut-être au détour d’une autre soirée retrouvaille, dans 15 autres années peut-être peut-être jamais.

Merci Dam….

37 Réponses to “Une soirée rare”

  1. Assez dommage que tu développes pas plus longuement le thème de la mémoire. Tu l’effleures simplement ici, on sent qu’y’ un mélange de plaisir à retrouver un certain passé, mais tu le fuis rapidement. En même temps, le non-dit est aussi important que ce que tu nous montres, donc bon…

  2. @Somno: Beaucoup de chose dans mon passé me permettent aujourd’hui de rester vivante. En même temps renouer avec ce passé, c’est aussi m’enterrer parce que mon passé c’est la dope, la prostitution, l’argent facile, la prison, la violence….

  3. Renouer avec ce passé, c’est surtout faire le bilan, comprendre, etc… pour parvenir à déjouer les tours de ce fameux « mur » dont tu parles si souvent et auquel tu te cognes inlassablement. C’est pas à toi que je devrais dire ça, mais quand tu éprouves de la résistance dans un domaine (que tu as mal en pensant à quelque chose de précis, en faisant un geste, en parlant de quelqu’un, etc…), et que tu ne poursuis pas car trop insupportable, c’est que le salut passe justement par la purge de ces « zones sensibles ». Tu le fais déjà, de toute façon. Dis-toi bien que si tu ne le faisais pas, tes démons seraient encore 100 fois plus présents. J’en suis certain.

  4. @Somno: bien sûr que j’ai besoin d’ouvrir les vannes de temps à autres. C’est aussi pour cela que j’ai entrepris d’écrire, plus encore, d’écrire pour moi, ailleurs, en privé, réunir ses souvenirs dans un livre qui ne sera jamais sans doute éditer, à peine lu….

  5. Faut pas se sous-estimer. Je pense que ce blog te le montre tous les jours. La force d’un écrit qui va au contact des autres n’est pas comparable à celle d’un journal intime par exemple, qui n’est pas destiné à être partagé. Y’a un effet de catharsis dans le cahier intime, mais jamais personne ne vient te donner un élan pour sublimer tes déchirures comme quand tu partages « tout ça ». Chose que tu peux entrepercevoir ici, sur tes terres, « chez toi ». Et léchange, les apports, vont dans les deux sens. On t’apparte quelque chose, mais toi aussi, tu apportes à ce « on ». Si tu as la volonté d’être publiée, tu le seras. Et si tu es publiée, tu seras lue, ne t’en fais pas.

  6. @Somno: Je ne me sous estime pas, mais simplement, le nombre de commentaires fortements en baisses, n’est pas pour m’encourager

  7. Oui. Enfin tu sais, je vais prendre mon exemple personnel pour une fois : les trucs sérieux que j’ai écrit sont lus mais pas commentés, et ils demeurent même assez confidentiels. Alors que les textes plus « légers » déclenchent beaucoup + de réactions « écrites ». Ca ne veut pas dire qu’il n’y a personne qui ne te lise (cf. tes stats de blog). Surtout que j’ai beaucoup de retours de gens (par mail ou même « dans la vraie vie ») qui me prouvent que même s’il y a un silence qui peut laisser penser à de l’indifférence, on te lit, on t’observe quand même. Mais parfois, il vaut mieux s’abstenir de commenter plutôt que d’être démago, dire des banalités ou même, de la merde. Enfin, c’est ma politique toute personnelle.

  8. pas de commentaires ne veut pas dire pas de lecture😉

  9. @Somno et Frob: oui je sais, mais il faut comprendre que je n’ai pratiquement que ça dans la vie comme contact en dehors du professionnel….

  10. Je l’ai compris et je partage aussi ta frustration.

  11. Je sais aussi que c’est frustrant de passer son temps a ecrire, et de ne rien voir en retour. Cependant ce que tu couches sur ton blog est vraiment trop intime et personnel pour que je me permette d’y ajouter mon avis ou mon ressentit sachant qu’on ne se connais pas. Alors je m’abstiens, je reste dans l’ombre, je lis en silence en esperant absorber un peu de ton mal de vivre😉

  12. @Frob: Ce que je couche sur mon blog, à l’air intime mais ça ne l’est pas ce qu’il y a de trop intime je n’arrive pas à l’écrire. Je n’ai trouvé de sens à ma vie à mes souffrances que dans le partage; Mais si ce que j’écris ne sert à rien et à personne je n’ai plus aucune raison de vivre….
    La douleur n’est pas intime, le sexe tel que je le pratique ne l’est pas non plus, ma toxicomanie touche trop de gens pour que se soit intime

  13. « Mais si ce que j’écris ne sert à rien et à personne » … pure connerie …
    Je crois au contraire que tu mérites d’être lu par bcp de gens qui pleurnichent au quotidien devant une fuite d’eau, la pauvreté du programme tv, ou une amende pour exès de vitesse.😀
    Tes écrits / ta vie ne sont pas a prendre pour exemple, mais ils sont une vraie leçon de vie et de courage.

  14. @frob: Si j’avais du courage aujourd’hui je serais clean….

  15. C’est le dernier échelon du courage, celui-là. T’en as quand même gravis pas mal. Le dernier demande des conditions favorables à tous les niveaux. Et c’est pas évident de les réunir.

  16. @Somno: Tu dois avoir raison, en plus ça me sert d’excuse pour ne pas arreter….

  17. « Si j’avais du courage aujourd’hui je serais clean…. »

    On n’est jamais assez parfaits… Quoi qu’il en soit tu as le courage de parler, de partager, de vouloir partager. D’assumer qui tu es. Enfin, d’après ce que j’ai compris, en ayant lu l’intégralité de ton blog.
    C’est pas si courant.
    D’ailleurs, ce que tu dis, là, que j’ai cité : pour moi, ça ne sonne pas comme une résignation. Plutôt comme un « je vois à peu près où j’en suis, y’a encore du chemin, mais je suis pas dans le noir total ». Non ?
    Ou alors c’est juste que je persiste à vouloir voir toujours le bon dans les gens. Parfois caché mais souvent bien présent.

    Et comme diraient les autres, certains écrits laissent sans voix, n’appellent pas à être commentés. Ce qui n’empêche pas de s’en laisser imprégner, d’y réfléchir. Doit y avoir des tas de gens comme moi te lisant en silence.

  18. @Sekh: Bienvenue chez moi!!! J’ai parfois la prétention de me dire qu’effectivement beaucoup melisent en silence, mais quand un des inconnu le brise, comme tu le fais ou comme d’autre par mail, ce que j’écris prend tout son sens merci

  19. M.a.n.g.o.n Says:

    c’est joli ce dernier commentaire tox!🙂

  20. @Mangon: c’est vrai, je ne suis jamais gentille enfin pas gentille pour être gentille….😉

  21. M.a.n.g.o.n Says:

    ouais en fait y’a que quand t’es méchante que t’es méchante pour etre méchante!🙂

  22. M.a.n.g.o.n Says:

    ouais en fait y’a que quand t’es méchante que t’es méchante pour etre méchante!🙂

  23. @Mangon: bah oui c’est beaucoup plus drôle….
    Euh tu te répetes mon Mangon, l’âge déjà?

  24. M.a.n.g.o.n Says:

    oui c’est mon parkinson de la main droite, la branlette surement! ;-P

  25. @tox: pas la peine de raqueter Sekh, il est sans provision … j’ai honte …

  26. starshootgirl Says:

    Je te lis en silence aussi parce que trop souvent touchée mais ça je crois que tu le sais aussi… Je rejoins Sehk.

  27. Contente que tu es pu passer une bonne soirée ^^

  28. Oui moi aussi je fais partie des personnes qui te lisent en silence….je ne commente pas car parfois je ne sais quoi te dire. Mais sache que je viens tous les jours….bises

  29. Hey, moi aussi j’suis un lecteur de l’ombre.Et comme thiphane je te lie tous les jours et des fois j’aimerais bien laissais un message pour apporté mon soutient ou montré que je te lie mais souvent je ne sais pas quoi t’dire.
    Peace

  30. @tous: Voilà, ce sont des moments comme ça que j’ai envie d’écrire, envie de vous écrire. Merci, putain d’un seul coup il fai tplus chaud!!!!

  31. Et puis y a des jours où …..bin on ne sait que dire.

  32. J’arpente différent blogs depuis bientôt 2 ans sans jamais laisser de post… Parce que j’ai rien d’intéressant à dire ni rien d’utile. La j’ai juste envie de dire … Bonne chance et j’aime ton blog.

  33. @Kaos: toi rien à dire? ça m’étonne?😉

  34. @Gwad: bienvenue chez moi et merci…..

  35. Pareil que les autres. Ton blog m’apporte beaucoup et me touche énormément.

  36. Somno, tu fermerais pas un peu ta gueule pour voir ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :